CAA de MARSEILLE, 5ème chambre, 11/04/2022, 20MA01127, Inédit au recueil Lebon

CourtCour administrative d'appel de Marseille (Cours Administrative d'Appel de France)
Writing for the CourtMme Claire BALARESQUE
Presiding JudgeM. BOCQUET
Judgement Number20MA01127
CounselCAMINADE
Record NumberCETATEXT000045550740
Date11 avril 2022
Vu la procédure suivante :


Procédure contentieuse antérieure :

La société par actions simplifiées (SAS) Arcan Loisirs a demandé au tribunal administratif de Nice de condamner la commune d'Antibes Juan-les-Pins à lui verser une somme totale de 1 083 059 euros, assortie des intérêts légaux à compter de sa demande préalable, en réparation des préjudices subis en raison de l'arrêté du 23 mars 2017 du préfet des Alpes-Maritimes décidant la fermeture définitive du camping " Le Sequoïa ", qu'elle exploitait sur le territoire de la commune.
Par un jugement n° 1702961 du 18 février 2020, le tribunal administratif de Nice a rejeté sa demande.

Procédure devant la Cour :
Par une requête et un mémoire, enregistrés les 7 mars 2020 et 30 novembre 2021, la société par actions simplifiées (SAS) Arcan Loisirs, représentée par Me Caminade, demande à la Cour :
1°) d'annuler le jugement du tribunal administratif de Nice du 18 février 2020 ;
2°) de condamner la commune d'Antibes Juan-les-Pins à lui verser une somme totale de 1 083 059 euros, assortie des intérêts légaux à compter du 15 mai 2017, date de sa demande préalable ;
3°) de mettre à la charge de la commune d'Antibes Juan-les-Pins une somme de 8 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

Elle soutient que :
- le jugement attaqué est insuffisamment motivé en ce qu'il écarte les moyens tirés du défaut d'entretien des ouvrages publics situés en amont du site d'exploitation et de la politique d'incitation au développement des campings instituée par l'Etat ;
- la fermeture définitive du camping " Le Sequoïa " décidée par l'arrêté du 23 mars 2017 du préfet des Alpes-Maritimes excède les aléas que comporte nécessairement l'exploitation du camping ; le dommage est grave et spécial ; la responsabilité sans faute de la commune est engagée ;
- elle est fondée à solliciter l'indemnisation des préjudices qui en ont résulté, à hauteur d'une somme totale de 1 083 059 euros, correspondant à la perte du fonds de commerce et à la perte des immobilisations corporelles.

Par des mémoires en défense, enregistrés les 14 avril et 15 décembre 2021, la commune d'Antibes Juan-les-Pins, représentée par la SCP de Angelis, conclut au rejet de la requête et à la mise à la charge de la requérante d'une somme de 8 000 euros au titre de l'article L. 761-1 du code de justice administrative.

La commune soutient que :
- la requête est irrecevable, faute de critiquer le jugement de première instance...

Pour continuer la lecture

SOLLICITEZ VOTRE ESSAI

VLEX uses login cookies to provide you with a better browsing experience. If you click on 'Accept' or continue browsing this site we consider that you accept our cookie policy. ACCEPT